Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 09:04
Brexit: les 7 plaies d'Egypte

Par leur vote, respectable, les anglais ont choisi de quitter l’Europe en préférant le délice risqué de voir s’abattre sur eux les « 7 plaies d’Egypte ».

Les pères fondateurs voulaient construire un espace de Paix dans une zone mise à sac par les hordes fascistes et nazies entre 1933 et 1945. Ce pari historique est réussi.

Ils ont voulu du même pas construire un ensemble assurant échanges économiques, développement social, échanges culturels, solidarité, sécurité dont la sécurité environnementale. C’est en cours malgré quelques ratées évidentes.

Toutefois le vote anglais questionne l’union européenne actuelle dont le virage ultra libéral met à mal notre projet commun en saignant les peuples au bénéfice des multinationales.

Un signe d’espoir, la réaction des républicains irlandais qui demandent l’unification de l’Irlande et les indépendantistes écossais qui, pour pouvoir rester en Europe, exigent un référendum sur l’indépendance ; ils ont compris, eux, que seule l’union fait la force.

Alain FABRE-PUJOL

Ancien Député du Gard

Conseiller Municipal de Nîmes ; conseiller Communautaire Nîmes Agglo

Partager cet article
Repost0
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 11:08
Nîmes dit non au gaz de schiste!

à l'occasion de la séance du Conseil Municipal du 6 Février 2016 j'ai proposé un vœu relatif au PROJET DE RECHERCHE DES GAZ DE SCHISTE. Le vœu a été adopté à la majorité (évidemment les élus de gauche et écologistes, mais aussi les élus de droite, seule l'extrême droite FN s'y est opposée)

Vœu:

Considérant l’annulation de l’abrogation ministérielle d’un permis de recherche et d’exploitation des gaz de schiste dit de Montélimar par le tribunal administratif de Cergy Pontoise,

Considérant que ce permis de mars 2010, autoriserait le groupe Total à entreprendre des recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux sur un périmètre de 4327 km2, allant du sud de Valence à Montpellier, et plus particulièrement le territoire de la communauté d’agglomération Nîmes Métropole et celui de la Ville de Nîmes,

Considérant que les techniques d’extraction de ces gaz de schiste ne sont manifestement pas conformes aux principes de développement durable et aux termes de la loi du 13 juillet 2011 du fait de leur consommation très importante d’eau ; de l’absence de protection des captages et réserves d’eau existants et donc du risque avéré de pollution de ceux-ci par l’utilisation de polluants ; du risque provoqué par la technique de fragmentation des roches comme l’ont montré des accidents sur les sites d’exploitation minière aux USA et au Québec.

La Ville de Nîmes,

Conformément aux termes de l’accord de la conférence sur le Climat de Paris (COP 21) de novembre 2015 qui fixe des objectifs drastiques en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de limitation de l’utilisation des énergies carbone, incompatibles avec l’exploitation des gaz de schiste, et aux engagements pris par le Gouvernement français pour interdire l’exploration des sols schisteux et leur exploitation.

Dans la lignée du vœu adopté à l’unanimité lors de la séance du 2 avril 2011

-Exprime son inquiétude quant au devenir de son territoire et à la protection de sa population,

-Demande au gouvernement (et au parlement avec l'adoption d'une proposition de loi cosignée par les députés gardois, notre collègue Françoise Dumas et Fabrice Verdier) de mettre en œuvre tous les moyens de droit pour arrêter les démarches susceptibles de conduire à l’extraction de gaz de schiste.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 08:59
Déchéance de Nationalité? Non, préservons la République!

Il est naturel que les plus hautes autorités de l’Etat et le Parlement, veuillent défendre notre Patrie contre le terrorisme et s’en donnent les moyens. Tous les moyens, sachant qu’il n’y a pas de guerre « propre » ! Il faut assurer notre plein soutien aux forces de Police, de Gendarmerie, à l’Armée, aux services spéciaux, à la Justice dans cette lutte impitoyable pour les libertés.

Mais si la patrie est nécessaire, il faut aussitôt rappeler, face au risque d’idolâtrie et de chauvinisme, qu’elle n’est ni une idole ni un absolu !

Relisons Jean Jaurès : La patrie n’est pas le but ; elle n’est pas la fin suprême. Elle est un moyen de liberté et de justice. Le but, c’est l’affranchissement de tous les individus humains. Le but, c’est l’individu. Lorsque des échauffés ou des charlatans crient : “La patrie au-dessus de tout”, nous sommes d’accord avec eux s’ils veulent dire qu’elle doit être au-dessus de toutes nos convenances particulières, de toutes nos paresses, de tous nos égoïsmes. Mais s’ils veulent dire qu’elle est au-dessus du droit humain, de la personne humaine, nous disons : Non. Elle n’est pas au-dessus de la conscience. Elle n’est pas au-dessus de l’homme. Le jour où elle se tournerait contre les droits de l’homme, contre la liberté et la dignité de l’être humain, elle perdrait ses titres. [...] La patrie n’est et ne reste légitime que dans la mesure où elle garantit le droit individuel.

A ce titre, il semble que le débat sur la perte éventuelle de la nationalité d’une petite poignée de binationaux n’est pas placé dans son juste contexte mais se déroule sous le règne de l’émotion.

L’article 25 du code civil et le livre 4 du code pénal prévoient déjà tous deux la déchéance de nationalité pour des binationaux dans diverses circonstances pénalement répréhensibles.

Est-il utile d’ajouter dans notre Constitution un élément contraire à son article premier et à la Déclaration universelle des Droits de l'Homme ?

Une telle mesure ne dissuadera en aucun cas les terroristes qui sont dans une logique nihiliste faite de carnage et de mort. Par ailleurs le terrorisme n’est pas le monopole des Français binationaux nés sur notre sol mais peut être partagé par des français de plusieurs générations ou des français de parents étrangers ou des étrangers.

A mon sens il ne peut y avoir deux catégories de Français ce que dirait la Constitution si elle était ainsi modifiée. Les binationaux nés Français, qui sont « un peu moins français » et les Français qui n’ont qu’une nationalité et qui seraient « un peu plus français ». Installer l’idée que les Français ne sont pas tous égaux face à la loi, c’est donner raison aux discours haineux des « djihadistes » et de l’extrême droite qui prétendent que la coexistence entre français de différentes origines est impossible.

Enfin, à l’heure où de trop nombreux jeunes doutent de leur pleine appartenance à la société française, cette mesure serait un signal vécu comme une défiance supplémentaire à leur endroit.

Aujourd’hui la France doit montrer qu’elle embrasse l’ensemble de ses enfants au risque de les perdre. En ces temps de troubles l'unité est un devoir et chacun, à sa juste place, doit veiller à la cohésion nationale, ce que je demande aux Députés et Sénateurs gardois.

Alain FABRE-PUJOL, Ancien Député du Gard,

Conseiller Municipal de Nîmes, Conseiller Communautaire Nîmes-métropole.

Partager cet article
Repost0
Published by Alain FABRE-PUJOL - dans droits de l'homme
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 12:10
Notre Sud, dès le 6 décembre!

Notre nouvelle Région a besoin d’une majorité de gauche et écologiste forte pour Nîmes et son Agglomération.

Une majorité qui continuera à travailler pour :

-La formation, du lycée à l’université en passant par la formation professionnelle tout au long de la vie : "lordi", un nouveau lycée, la 2ème tranche de l’Université de Nîmes et du Gard, des primes d’apprentissage, l’école de la 2ème chance, le développement des résidences universitaires, …. -Une politique des transports solidaires avec le TER à 1€ et le contournement routier Nîmes Ouest,

-Une politique de développement durable qui doit en faire la première région de France en termes d’énergies renouvelables, d’agriculture bio, de tourisme raisonné sur 4 saisons, de bornes électriques pour véhicules, de haut débit, de soutien aux PME/TPE/Artisans investissant dans l’innovation, …

Dans ce temps de troubles nous souhaitons une expression démocratique raisonnée. Le temps viendra de porter un jugement sur l’action du gouvernement (et de ses oppositions), ce n’est pas l’enjeu de ce scrutin régional. Ce que nous savons c’est que chaque fois que la gauche a été unie à Nîmes, et qu'elle a su rassembler, elle a gagné, comme aux élections municipales de 1995 ou aux départementales de 2015 (Nîmes 2).

Nous invitons nos concitoyens à faire ce rassemblement dès le premier tour de scrutin le 6 décembre prochain en votant pour « notre sud » la liste conduite dans le Gard par Damien Alary.

Marc VIALA, Président de Nîmes simplement

Alain FABRE-PUJOL, Conseiller Municipal de Nîmes, Conseiller Communautaire Nîmes Métropole

Partager cet article
Repost0
Published by Alain FABRE-PUJOL - dans écologie et gauche nîmoise
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 11:06

à la suite d'un incident de séance survenu lors du conseil municipal du 7 novembre 2015 j'ai interpellé le Maire de Nîmes, sans espoir de réponse!

Monsieur le Sénateur maire,

Vous avez tenu des propos clairement diffamatoires à mon endroit et à l’encontre de madame la Présidente du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard en séance du Conseil Municipal ce samedi 7 novembre au matin, laissant à croire que j’occupais un emploi fictif à l’issue d’un recrutement de complaisance au sein de l'établissement public qui m'emploie.

Soit votre langue à fourché sous le coup d’un énervement tout aussi passager que coutumier, soit vous avez délibérément menti, soit votre méconnaissance du statut des fonctionnaires territoriaux est abyssale après 14 ans de mandat de Maire précédés de 18 ans de mandat d’adjoint au maire ou de conseiller municipal.

A défaut de connaitre le statut de la fonction publique territoriale encadré par la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 vous pourriez au moins connaitre votre statut de parlementaire alors que vous effectuez votre deuxième mandat de Sénateur. Vous sauriez l’interdiction de cumul entre l’emploi de fonctionnaire et la fonction de parlementaire ce que la section 2 de la loi précitée et l’article 2 du décret n°2006-1022 du 21 aout 2006 modifié organisent avec la position dite de « détachement pour fonction élective ».

C’est dans ce cadre strictement règlementé qu’à l’issue de mon mandat de Député du Gard (1997-2002) j’ai réintégré mes fonctions d’Attaché Principal au CDG30 alors présidé par votre ami le regretté Dr jean Yannicopoulos, maire divers droite de Garons et non point par l'actuelle Présidente en fonction seulement depuis 2008.

Vous qui êtes un acteur public de longue date et qui, au moins par mandat sénatorial, devriez suivre la vie des « petites » communes du Gard vous auriez pu savoir que j’ai été recruté dans cet établissement public le 1er novembre 1985 après la réunion d’un jury réuni à cet effet le 18 septembre 1985 conformément aux règles de l’époque. Par ailleurs votre proximité avec votre collègue sénatrice UMP et maire de Mus, suppléante au Conseil d’Administration du CDG30 de la maire pro-FN de saint Bonnet du Gard, aurait dû vous permettre de vous informer sur mon activité de cadre de la fonction publique territoriale ; l’essentiel de mes missions de chef de services relevant du cadre d’emploi des Attachés figurent d’ailleurs sur le site Internet de l’institution www.cdg30.fr : CT/CHSCT ; commande publique, communication, moyens généraux et archives, prévention des risques, … . Il n’y a guère que vous pour ne pas savoir le travail effectué par un fonctionnaire ; mais peut être que vous avez de réelles difficultés de lecture ou que la vie d’un établissement qui mutualise la fonction « ressources humaines » pour 351 communes du Gard et leurs établissements ne vous intéresse pas ?

Vous comprendrez que je souhaite que vous puissiez présenter des excuses (y compris à titre privé) dans les plus brefs délais, sinon, constatant tout à la fois le mépris porté aux fonctionnaires, aux "petites" communes ainsi qu’à vos opposants politiques, je me verrai contraint de déposer plainte contre vous pour diffamation.

Avec l’expression de mes salutations distinguées,

Alain FABRE-PUJOL Conseiller Municipal de Nîmes,

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 12:02
CONTROLE ANTI DOPAGE AU CONSEIL?

Le Conseil Municipal de la ville de Nîmes a connu ce samedi 7 Novembre un débat d'orientation budgétaire aux odeurs d' "herbes de Provence". Nous pouvions espérer que la droite décide de baisser la fiscalité qui pèse sur les Nîmois alors que le gouvernement augmente une nouvelle fois les dotations versées à la commune et que les transferts de compétence à la Communauté d'Agglomération sont nombreux (infrastructures culturelles et sportives, transports, eau et assainissement, ...). Et bien non! La droite choisit d'augmenter les impôts locaux en "gelant" pour la 14ème fois le taux de calcul des taxes locales (habitation: 29,31%; bâti 31,05%. non bâti: 83,76%). Ce choix fait que les prélèvements réels augmentent par la hausse mécanique des bases de calcul, une hausse de 20% entre 2006 et 2016. Ce choix permet par exemple d'augmenter les dépenses de fonctionnement de 2,6% en moyenne depuis 2012 alors que l'inflation est de 0,9% et que les dépenses d'investissement sont à la baisse! Sans compter le poids de la dette! Les élus de la majorité ont tenu des propos hallucinants sur les orientations budgétaires de la ville afin de défendre l'indéfendable, à se demander s'ils n'avaient pas "fumé la moquette"; Hallucination pour hallucination ceci m'a rappelé les propos de madame Valérie Pécresse, ancienne ministre UMP, et tête de liste aux élections régionales pour la droite en île de France, demandant que les lycéens subissent un test systématique de prélèvement sur la consommation de cannabis ... à entendre leurs propos pourquoi ne pas contrôler les élus UMP/UDI de Nîmes comme le souhaite leur amie Pécresse pour les lycéens? C'est ce que je demandais au Sénateur-Maire en lui proposant en séance ma boite de "coton tige" pour faire immédiatement les prélèvements salivaires nécessaires. Sa seule réponse a été de tenir des propos diffamatoires à mon encontre ... Il doit manquer d'humour. Au delà de l'anecdote, bien évidemment, le cannabis n'est pas une source de réussite scolaire, et pousse souvent à la démotivation et l'abandon. Mais, au vu de la situation actuelle et de la relation élève/école il ne semble pas judicieux d'aller jusqu'au test salivaire dans l'enceinte des établissements. Chaque élève se sentirait réprimandé, puni, démobilisé, stigmatisé, avec à la clé la présomption de "drogué" pour tous. Tout ce qui permet à un élève de réussir, d'assoir sa confiance et de s'épanouir serait alors mis directement dans une benne à ordure. Actuellement, beaucoup de jeunes fument du cannabis, du shit, ... les stats le montrent (près de 70%). Même des élèves de prépa. ou des étudiants. Agir pour aider toutes ces personnes qui se perdent, ou qui du moins ne s'aident pas à avancer, oui ! Mais encore faut-il les brosser dans le sens du poil, apprendre à les écouter pour leur parler avec des mots qu'ils comprendront sans provoquer de rejet de leur part. Cette pauvre dame blonde a du oublier sa jeunesse pour proposer une solution pareille! Ou peut être que les nouvelles générations sont si différentes de la sienne qu'il nous faut faire confiance aux plus jeunes aptes à comprendre et agir avec leurs ami/es en difficulté... Quoi qu'il en soit, mon avis est qu'il faut agir dans (et avec) le bon sens: pédagogie, prévention, dissuasion, réflexion sur l'usage ludique de ce produit comme cela se fait en Hollande ou certains états des USA; réglementation de la vente et, si nécessaire, répression terrible envers les dealers qui fournissent des mineurs!

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 23:15

quelques amies/amis me disent ne plus avoir mes coordonnées à jour, normal, ayant déménagé.

petits rappels:

mon adresse courriel est toujours: fabre-pujol@orange.fr

adresse de blog: fabre-pujol.over-blog.com ou "fabre-pujol" sur Google

mon téléphone portable: 06 76 26 65 07

et ma page FB

amicalement à toutes et tous...... .

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 11:41
EELV: Je suis venu vous dire que je m’en vais.

J'ai adhéré à Europe Ecologie Les Verts en 2010, lors de sa création autour de personnalités qui ont marqué l’écologie politique : José Bové, Daniel Cohn-Bendit, Cécile Duflot, Eva Joly, Michèle Rivasi, … d'autres encore.

C'était pour moi et mes amis la volonté de réussir la construction d’une république sociale (cf marcel Gauchet) tout en portant l’écologie politique comme discours structurant de la société en devenir : quelle terre laisserons-nous à nos enfants ? Tout en faisant nôtre le mot d’ordre de Jaurès : aller à l’idéal et comprendre le réel, ouvrir la voie à une écologie positive ouverte au monde.

Le contenu environnemental de cet engagement est fort : pollutions, santé, démographie, alimentation, transports, gestion des ressources (eau et matières premières), lutte contre les gaspillages et le nucléaire, …mais aussi les sujets de la démocratie et du modèle de développement économique ainsi que des questions sociétales (racisme, culture, droit des femmes, éducation, …). Et j'y ai rencontré des gens formidables, qui m'ont permis d'approfondir divers de ces sujets dans une belle histoire politique et amicale.

Mais cinq ans après c'est un constat amer : l’aile historique la plus fermée de l’ancien parti "Les Verts" n’a jamais admis ni sa perte passagère d’influence, ni l’ouverture au monde des écologistes; ceci s’est traduit par cinq ans de combats internes pour faire évoluer une posture par trop sectaire, pour essayer d’affronter la réalité sans rester reclus en interne, donner place à celles et ceux qui s’ouvrent à la vie. La défaite de la morale politique au bout du chemin avec un congrès régional gagné il y a deux ans, jamais accepté par les sectaires historiques, conduisant par lassitude notre secrétaire régional à la démission à la suite de mauvais combats, ceci venant après des retournements de vote trop nombreux.

Ce mauvais combat interne a été mené par des sectateurs sous le feu de la violence verbale outrancière et au détriment de notre vrai combat, celui de l’écologie politique ; certains ont préféré, préfèrent, les batailles endogamiques à la confrontation du réel.

Ce mauvais combat a été mené par les mêmes avec une passion du droit animant des amateurs peu éclairés en ce domaine, ce qui ne laisse pas de surprendre pour des gens qui souhaitent changer la structure de nos sociétés ; maniement du droit interne, pâle copie du droit conservateur, qui nous a conduit jusqu’au tréfonds de l’histoire d’anciens mouvements écologistes ce qui n’est pas acceptable aujourd'hui.

EELV a, aussi, sombré corps et âmes, dans la présidentialisation du régime alors que notre engagement pour une autre forme de démocratie, dont la proportionnelle, aurait dû nous en éloigner comme l’avait montré en son temps une haute figure de l’histoire de la gauche française Pierre Mendès France.

EELV a joué une partition infernale depuis cinq ans ne permettant pas une construction dans la durée de cet émergent mouvement politique avec des choix d’alliances là où notre identité aurait dû primer pour nous affirmer, inversement présent là où se découvrent nos points faibles ; crise d’adolescents qui se croient supérieurs aux aînés. Oserai-je écrire parodiant Lénine: l'écologisme maladie infantile du communisme? La fascination du pouvoir immédiat a fait d’EELV un parti mort-né.

Dernière défaillance en date : le principe de l'autonomie votée en juin par une assemblée générale régionale pour les élections régionales de décembre et une vaste opération partisane conduite pendant l’été volant ce vote pour une alliance, à notre détriment programmatique et humain, avec des partis de gauche très éloignés voire opposés aux thèses qui structurent l’écologie politique. La goutte d’eau … que confirme le refus par les mêmes d'une alliance technique EELV/Front de Gauche/PS au conseil municipal de la ville de Nîmes pour faire face au FN dans le cadre du renouvellement du conseil communautaire; il en est à EELV comme au front de gauche qui ne font pas de différence entre un adversaire mortel (l’extrême droite et le FN) et un concurrent républicain, ce n'est pas la première fois, c'en est trop.

L’écologie politique étouffe à EELV !

D’autres formes d’engagements, d’autres structures, d’autres chemins peuvent exister permettant de conjuguer tout à la fois innovations sociales, écologistes et batailles dans les institutions. C'est ce chemin que je prends en ayant une pensée amicale pour celles et ceux qui font le choix de continuer à militer en interne.

Je quitte EELV.

à Nîmes, le 2 octobre 2015,

Alain FABRE-PUJOL,

Conseiller Municipal de Nîmes, Conseiller Communauté d'Agglomération "Nîmes Métropole"; membre du Comité Politique Régional (Languedoc Roussillon) d'EELV.

Partager cet article
Repost0
Published by Alain FABRE-PUJOL - dans écologie et gauche nîmoise
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 23:02
Réfugiés: Nîmes, ville d'accueil?

La ville de Nîmes doit participer à la mobilisation humanitaire face à la situation qui se dégrade au sud du bassin méditerranéen, ses conséquences humaines et la réponse que nous devons apporter. C'est le sujet du courrier que j'envoie ce 7 septembre à monsieur le Sénateur Maire.

Monsieur le Sénateur-Maire,

les plus hautes autorités religieuses et morales, nombre de responsables politiques républicains et d'animateurs d'associations demandent à la France, ses citoyens, ses élus locaux de faire preuve d'humanité face aux drames qui se jouent en Méditerranée.

Un accueil coordonné, maîtrisé des réfugiés politiques et/ou climatiques, de celles et ceux qui fuient la mort portée par les guerres en afrique et en orient doit pouvoir se mettre en place pour que notre pays prenne ses responsabilités. Celles d'un pays qui a toujours été au premier rang du combat pour les libertés: des républicains espagnols (500 000 accueillis de la fin des années trente à la mort de Franco) aux exilés chiliens fuyant la dictature en passant par les boat people d'Asie sans oublier les populations venues d'Afrique.

Ici à Nîmes, pour beaucoup d'entre nous, citoyens de la Rome française, le sang des réfugiés coule dans nos veines. Nous devons être de ce combat pour les droits de l'homme et je vous demande de bien vouloir faire de notre ville une ville d'accueil de ses errants sans visage sinon celui de la mort misérable. Après tout la grèce exsangue, l'Italie minée font face avec vaillance à cette demande de terre d'asile, nous devons en être à notre juste place.

En vous remerciant des suites données à ce courrier, je vous prie de croire à l'expression de mes sincères salutations citoyennes.

Partager cet article
Repost0
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 08:21
C.Taubira, ministre de la justice
C.Taubira, ministre de la justice

Des associations, la presse, des citoyennes et citoyens se font échos de la situation inhumaine que vivent les détenus de la maison d’arrêt de Nîmes.

Le Conseil d’Etat en un arrêt du 30 juillet constate les atteintes graves et manifestement illégales portées aux libertés fondamentales de détenus portant traitement inhumain ou dégradant ce qui est contraire à notre droit interne et au droit européen encadré par la convention européenne des droits de l’homme.

Le jugement en droit est hallucinant. Constat sans appel, condamnation sans équivoque mais réserve sur la puissance du juge au regard des moyens de l’administration pénitentiaire, l'obligation de moyen n'existerait plus ? Cela fera certainement une référence « utile » en jurisprudence pour d’autres dossiers sur le même sujet ou autres, et il n’en manque pas, à Nîmes, comme en France.

Prenant en compte l’exposé des motifs et les dispositions de l’arrêt sur les mesures d’urgence il me semble utile que vous puissiez mettre en œuvre des moyens nécessaires afin de faire cesser cette situation avant même le jugement à venir de la Cour Européenne saisie. J'ai peur que la distribution de savon ordonnée par la justice administrative ne suffise pas à redorer le blason de nôtre justice. Même si nous sommes nombreux à attendre la suite avec espoir, sachant que les chemins du droit et de la justice peuvent être sinueux dans le monde réel, je me permets d’insister sur de nécessaires mesures d’urgence et la relance d’un plan de construction de lieux de détention.

Un journaliste rappelait le mot de Dostoïevski, on peut mesurer le degré de civilisation d’une société en visitant ses prisons. Il n’est pas possible pour des républicains de rester insensible à cette situation que nous condamnerions d’une même voix si nous la découvrions dans un autre pays que le nôtre.

En cette date mémorable du 4 aout, je dois vous dire : Une république, ça s'entretient ! La nôtre frémit, faiblissant sous les coups qui sont portés quotidiennement au message universel de cohésion sociale et sociétale ; par ailleurs vous n’êtes pas sans savoir que dans nos régions septentrionales s’étend un bleu qui n’est pas celui de notre république bien aimée mais celui grisonnant de la honte.

La justice ne peut, l’administration souffre, il appartient au politique d’agir et je sais que vous êtes femme de confiance et de devoir en la matière. Dans l’attente, je vous prie de croire madame la garde des sceaux, ministre de la justice, à l’expression de mes très respectueux hommages.

A Nîmes, le 4 aout 2015,

Alain FABRE-PUJOL Ancien Député , Conseiller Municipal de Nîmes

Partager cet article
Repost0